Ces injonctions qui nous mènent la vie dure, et peuvent nous conduire jusqu’à un burn-out…

Les injonctions sont comparables à une petite voix intérieure, qui nous dicte de faire telle ou telle chose :

-« tu dois faire ci »

-« tu dois penser à ça »

-« c’est mieux de faire comme ci »

-« tu ne dois pas réagir comme ça »

 

Et si on ne suit pas ces consignes, , nous avons alors un sentiment de ne pas être une « bonne » personne, nous avons peur de ne pas être accepté des autres, de ne pas être aimé, de ne pas être adapté à notre environnement finalement…

 

Seulement, bien souvent, ceci n’est pas conscientisé.

Cela fait tellement partie de nous, que nous ne nous rendons pas compte

que cela agit en nous. Et lorsque nous sommes sous stress, ça a tendance à s’amplifier naturellement.

 

Cela vient d’un programme qui s’est installé dans notre tête, construit en grande partie dans notre enfance, au contact des grandes personnes qui nous entouraient.

 

Ce programme déroule alors nos attitudes, nos comportements, nos habitudes, nos réactions…de manière complètement automatique.

Et parmi ces injonctions, appelés « drivers » (cf Process Com de

Tabi Kaihler), il y a le « Sois fort(e) ! »

 

Le Sois Fort cache derrière cela parfois une éducation rigide,

– où les sentiments n’avaient pas leur place, où les garçons ne pleurent pas, et les filles ne doivent pas pleurer non plus, parce que c’est pour les faibles

– où l’on ne parle pas de ce que l’on a sur son coeur 

où lorsque quelque chose de grave arrivait, il faut faire son deuil rapidement, se donner des coups de pieds au fesse pour continuer d’avancer, sans se retourner ;

– où l’on a appris que la vie est dure, verbalement, mais aussi parfois physiquement.

D’autres fois cela peut être d’avoir eu un parent qui a dû tout faire tout seul, ou qui a survécu à des conditions très difficiles, et qui nous a amené en tant qu’enfant à nous dire : « je veux être fort comme mon père ou comme ma mère »

Ce driver sois fort, amène des qualités indéniables, :

– de personnes sur qui on peut compter, qui ont de larges épaules, capables d’endosser de lourdes responsabilités ou une charge de travail importante

– une capacité à rebondir dans n’importe quelle situation

– savoir prendre sur soi lorsque c’est difficile et accepter les tâches sans rechigner.

– être dans la recherche de l’efficacité, et tourné vers la réussite de ses missions

Le verso de la pièce, les désavantages, sont :

– qu’ils écoutent très peu leur corps (voire qu’ils ne savent pas le faire) et qu’ils peuvent alors engranger du stress, de la fatigue, jusqu’à un point de rupture…

– qu’ils ne savent pas ou ne veulent pas exprimer leurs émotions, et vont tout prendre sur eux

– qu’ils vont chercher à rester uniquement dans le factuel avec les gens qui les entourent, ce qui peut donner un air froid, voire glacial à première vue…

– qu’ils sont parfois des leaders avec un management à la dure, basée sur la peur et l’intimidation.

Ce driver peut donc dans ses extrêmes vous amener à faire preuve à la fois d’une très grande capacité de résilience, et en même temps vous diriger vers un état d’épuisement généralisé, parce que vous avez trop tiré sur la corde…

L’humain a besoin d’équilibre, et ces injonctions intérieures nous entraînent à sortir de cet équilibre, de manière plus forte que nous.

Si vous vous reconnaissez dans ce driver « sois fort(e) », et que vous avez pris conscience que cela vous mène parfois (ou cela vous a déjà mené parfois) la vie dure, alors commencez par repérer quels sont les points les plus problématiques pour vous.

Est-ce que vous ressentez une surcharge, à force de tout endosser sur vos épaules ?

Est-ce qu’il s’agit de votre rapport avec les autres, qui est mal perçu, car trop sec, qui amène des tensions ?

Est-ce que c’est une pression que vous vous mettez et qui ne redescend jamais, vous fatiguant de plus en plus ?

Si c’est le cas, alors ce qui pourra vous aider, c’est de 
vous autoriser à :

  • Demander de l’aide, voir les autres non pas comme des concurrents, mais comme des partenaires

  • Ressentir et exprimer vos émotions

  • Apprendre à déléguer et à vous reposer, un peu, sur les autres

  • Faire des pauses régulièrement, à relâcher la pression, et pouvoir prendre du recul

Besoin d’aide ?
Parfois des comportements sont tellement ancrés en nous, que nous n’arrivons pas à les changer. Parfois nous n’arrivons même pas à nous autoriser à changer.
C’est dans ces moments-là qu’un coach peut vous aider et vous guider pour aller au-delà de vos barrières mentales, switcher le programme interne qui agit en vous et qui vous amène du tort, dans votre vie professionnelle et personnelle.

Vous vous posez des questions sur ce driver « Sois fort » ?
Vous avez l’impression de ne pas avoir de contrôle sur cette injonction ?
Je suis à votre écoute pour vous éclairer et vous aider !

Avec bienveillance,
Vianney